Étude en cours du futur Plan de Prévention des Risques Littoraux

Suite à notre seconde rencontre avec la député Annick Le Loch, nous avons obtenus plus d’informations sur l’étude en cours du futur PPRL. Ce derniers devrait sortir en 2014, c’est lui qui dictera le PLU ( plan local d’urbanisme) de l’Ile-Tudy.

Voici donc un résumé de l’action du futur Plan de Prévention des Risques Littoraux :

PPRL-2014 ( cliquer pour télécharger le PDF )

Et ensuite l’étude que mène l’entreprise Egis Eau qui l’appel d’offre ( 230 K€) :

Egis-eau_ile-tudy ( cliquer pour télécharger le PDF )

 

 

Publicités

Submersion marine, que dit la loi ?

Voici la circulaire du 27 juillet 2011:  Circulaire du 27 juillet 2011  .

Cette dernière positionne la vision de l’état face aux zones de submersions marines.

Ce qu’il faut retenir :

– On ne peut plus construire d’habitation dans les zones d’aléa fort ( zone violette )

– En cas de dégat majeur sur sa maison, on pourra plus re-construire ( exemple : incendie)

– Pour le cas des dents creuses, terrain non-construit situé dans une zone d’habitat dense, ils sont constructible mais il faut pouvoir le justifier et surtout que cela n’augmente pas les risques. Donc on pourra « à priori » construire des bâtiments d’entreprise ou des commerces en respectant la hauteur de sécurité. Cela reste à valider.

– La seule solution qui pourrait permettre de construire est de prouver la résistance d’un ouvrage de protection, ce qui d’un point de vue administratif relève du défi. Et surtout le constructeur de l’ouvrage ( dune artificielle, barrage…) doit être en mesure de GARANTIR son ouvrage au risque d’aléa fort, ce qu’aucun constructeur ne se risquerait à faire…

La commune de Carnac vient d’avoir un aperçu des ses nouvelles zones d’aléa fort et ce n’est que le début. Le nouveau PPRI devrait voir le jour en 2014 avec toutes les communes de Bretagne sur le littoral cela risque de faire du bruit !

Rencontre du 5 Novembre 2012 avec le maire de l’Ile-Tudy

Ce matin un groupe de 5 personnes répresentant le collectif de l’Ile-Tudy à rencontrer le maire pour faire le point sur la situation actuelle.

Le maire devait rencontrer le préfet la semaine dernière pour une présentation du futur PPR du Finistère sud, de Penmarc’h à Concarneau, mais le rendez-vous à été reporté. Donc pour l’instant nous ne connaissons pas encore les détails du PPR et surtout son interprétation sur l’urbanisation en zone submersible. Nous avons appris que le PLU de l’Ile-tudy va être en stand-by le temps que la préfecture annonce le futur PPR. Le terrain du polder reste donc classé constructible d’un point de vue théorique. Nous savons aussi que 3 propriétaires ont portés leur cause au Tribunal administratif, mais les délais sont de l’ordre dun à deux ans pour avoir une réponse.

Le maire nous a aussi confirmé, comme la préfecture, qu’en cas sinistre majeur sur un bien, il ne pourrait être reconstruit. Par exemple suite à un incendie ou une inondation une maison ne pourra être reconstruite. On s’interroge donc sur la valeur des biens immobiliers de l’ile-Tudy situé en zone d’aléa fort, vous pouvez voir la carte des zone de submersion ici. Le riverain qui actuellement ne se sentaient pas concerné vont l’être maintenant.

Pour information, la construction que ne génère pas de SHON, comme un hangar par exemple reste pour l’instant autorisée.

Pour définir nos nouvelles actions pour 2013, mais aussi pour échanger nos informations. Nos allons prévoir une journée de rencontre avec projection de film et débat au café du port de l’ile-tudy durant la semaine de Noël. Dés que la date sera fixé un mail sera envoyé au collectif. Nous allons aussi rencontré la député Annie Le Loch pour savoir si elle a avancé sur notre dossier.

Réunion du 10 Juillet 2012, Nouveau PLU Ile-Tudy

J’étais présent hier soir à la réunion du maire pour le nouveau PLU de l’Ile-tudy. La salle polyvalente était pleine et le public très intéressé et réactif sur les différents sujets.

Voici les informations principales que j’ai retenu :

( tous cela n’est pas encore fixé, l’enquête publique est maintenant ouverte et l’on peut donc faire part de nos avis à la mairie)

– Les terrains situé dans le polder qui sont non construit et en zone submersible, à priori vont être classé non-constructible. Le maire à tout de même laisser entendre qu’il y avait des possibilités de construction commerciales (hangar de location ou d’entreprise) mais comme il le disait, il cherche désespérément des entreprises pour s’installer à L’ile tudy qui pourraient être la solution mais vu la situation géographique et économique du lieu cela n’est pas facile. L’école de voile de kermor va aussi chercher un nouveau terrain, si quelqu’un possède un terrain pas très loin c’est le moment de réagir !

– D’un point de vue économique l’ile-tudy a très peu d’entreprise. La ville se tourne principalement vers le tourisme au grand regret de beaucoup d’habitants et du maire aussi, qui est ouvert pour aider toute installation d’entreprise.

– Les grands travaux futur sont l’aménagement du terrain de foot en logement ( sur 20 ans) puis du camping CGU le jour ou celui-ci arrêtera sont activité. Il s’agit des dernières zone constructible (1,5ha) publique. D’un point de vue privé il reste aussi plus d’1Ha constructible (hors zone submersible). Le second projet est la dune de kermor qui va être rénové et assister par un second cordon de terre, pour un cout de 3M €. Les subvention obtenu sont au seuil maximum, la mairie ne peut donc pas demander l’aide de l’europe. Et le maire à bien fait comprendre que cela malheureusement ne changerais rien au PPR, ce qu’il trouvait très paradoxal.

– Quelques évolutions de voirie sont prévues mais rein de gros.

– Pour la cale, les commerce existant ne pourront plus être transformé en habitation. Cela pour préserver l’attraction touristique du lieu.

– 2 permis de construire ont été refusés cette année et du coup il y aussi 2 recours au tribunal administratif, à suivre.

Intervention des habitants :

– Certaine personnes était contre l’aménagement du terrain de foot, mais vu le peut de m2 disponible sur la commune le maire à répondu quel cela ferait chère du m2 pour y faire un parc.

– Une personne était très énervé suite au classement de sont terrain en non-constructible et à fait comprendre au maire qu’il allait « passer à l’action » (selon ses mots). Je l’ai rencontré pour le convié à rejoindre notre action. Il m’a dit qu’il nous connaissait et prendrait contact, mais que là il allait agir. Je pense que cela serait bien d’essayer de le contacter car il me paraissait en grande détresse.

– L’hotel Euromer à aussi été évoqué, le maire à précisé que le lieu à été scinder en 2 partie. La partie Hotel qui peut reprendre sont activité et la partie camping qui elle ne pourra pas reprendre. Il sont actuellement en train de réfléchir sur le devenir de ce lieu.

D’un point de vue personnel, ce que je retiens c’est que le maire reste ouvert dans le cas de nos terrains mais qu’il faut lui apporter des idées. Par contre en ce qui concerne l’habitat pour l’instant cela reste « inconstructible » du fait du PPR à venir.

Submersion marine. Le collectif de l’Ile-Tudy reçu à la préfecture

Article du télégramme du 15 mars 2012 : source le télégramme

Suite aux conséquences de la tempête Xynthia qui avait sévèrement touché la Vendée en février2010, un moratoire a rendu certaines parcelles inconstructibles dans les zones de submersion marine. L’Ile-Tudy, dans sa grande majorité, a alors été classée en zone d’«aléa fort». Suite à cela, un collectif a été créé dans la commune. Il avait sollicité un entretien avec le préfet en décembre dernier. Certains de ses membres ont été reçus hier par son secrétaire. Ils ont notamment souligné que «600 maisons existent et que seulement douze parcelles sont concernées par l’interdiction de construire. Il y a incohérence et absurdité car des terrains non construits se trouvent au milieu d’habitats». Les membres du collectif ont ajouté: «Ces mesures globales ne prennent pas en compte les spécificités des communes, Nicolas Sarkozy, lui-même, l’a récemment déclaré à La Faute-sur-Mer».

Maintien dans le pessimisme 

Plutôt que d’interdire tout nouveau projet immobilier, le collectif, fort d’une quarantaine de propriétaires souhaitant accéder directement ou indirectement à la construction, est favorable à la mise en place de «précautions plus sévères avec des habitats appropriés aux risques potentielspour remplir l’objectif de sécurité des personnes» (hauteur des constructions, niveau «refuge»…). Mais leur rendez-vous à la préfecture ne les a pas rassurés. «Cet entretien nous maintient dans un pessimisme quant à l’avenir possible sur les terrains non bâtis», confiaient-ils à l’issue de la rencontre.